Anecdotes


Il existe des pays où l'on joue Mozart en première année de pratique de l'instrument.

Bien qu'à l'écoute des techniques nouvelles, nous sommes encore de la vieille école et souhaitons garder et passer ce qui a fait pendant des décennies la notoriété de l'école française d'instruments à vent.
 
Vous trouverez sur cette page une majorité d'anecdotes bien vécues -
... mais pas seulement !
.Vous trouverez facilement celles que vous souhaitez... voir la liste ci-dessous .

 
1)   Embouteillage à Cognac: extrait du journal Sud Ouest 
2)   L’Elève paie, le Maître s’adapte !    de P.F.Boët.

3)   Pierre Boulez - Michel Legrand - Stravinsky. de R. Fontaine



Anecdote 1)  
Embouteillage à Cognac: article de Sud Ouest



2)  L’Elève paie, le Maître s’adapte !
Voilà 1 mois que Monsieur C.P. (un homme de 45 ans) s'est inscrit. Il est de plus en plus en retard à chacun de ses cours ! 6 à 10 minutes par cours, systématiquement! Après un mois on atteint la demi-heure
J’essaie de lui faire comprendre -  Il semble ne pas bien saisir. Ce jour là, j’estime que le temps d’approche est fini! Aussi, n’a-t-il pas fini de poser ses affaires que je dis : « Arriverez-vous avec ½ heure de retard à chaque cours ? Parce que si c’est le cas il vaut mieux changer d’horaire ! Je n’ai pas envie de faire des heures sup à cause de vous! »
...et Lui de répondre !
« Ouiiiiii !, vous ne respectez pas les horaires, à chaque fois que j’arrive vous êtes encore en train de faire travailler l’élève précédent ! Si vous êtes en retard sur votre timing ce n’est pas de ma faute. Ce n’est pas moi qui suis en retard, c’est vous ! »
...et moi de répondre!
« Vous êtes en retard d’½ heure, vous ne pouvez pas savoir, à moins d’être devin, (ce qui ne semble pas être votre cas!) si j’ai fini avec l’élève précédent! De plus, si je fais travailler l’élève qui vous précède plus longtemps c’est parce que je vous attends.  Je vous demanderais donc d’arriver avant l’heure les prochaines fois ce qui vous permettra de monter votre instrument pendant que je finis de travailler avec l'élève précédent, au lieu d' attendre votre tour pour le faire - Je ne continue pas dans ces conditions !
...et lui de répondre !
«De toute façon : Je suis client, je paie, vous êtes à ma disposition !»
...et moi de répondre !
« Cher Monsieur vous faites erreur : vous venez chercher un enseignement, vous êtes demandeur, vous êtes l’élève et je suis le Maître. Donc c’est à vous, à vous conformer à mes disponibilités ainsi qu’au contrat administratif et moral passé lors de l’inscription ! »   
... Il est parti et n’est jamais revenu...
- Quel était son but en s’inscrivant ?
- Comment aurait-il pu suivre un enseignement (artistique de surcroît) en assimilant la Musique, le prof et le cours un article de consommation.

- Dans cet état d’esprit comment aurait-il pu recevoir?
- A quoi ressemblerait sa Musique ?

P.S - Je raconte cette anecdote parce que le cas ne s’est pas produit qu’une fois. Cela me paraît être un exemple du sens dans lequel évolue la société.
De la notion aujourd'hui morte d'une Hiérarchie fondée sur le respect et la compétence, on est passé peu à peu à l’obligation de faire du copinage, mais cette époque est déjà révolue… on commence maintenant la phase hiérarchie inversée,apparemment, pas mieux évaluée que son inverse!
INFO : Dans le cadre de cette anecdote : Les élèves inscrits se succèdent de ½ heure en ½ heure. les professeurs sont payés en fonction du (N d’élève) x (½ h). Ne sont pas pris en compte dans leur salaire : ni les pauses ou " passages obligés- pipi ", ni boire un café dégueu au distributeur  ni les passages au secrétariat pour raisons administratives et encore moins le travail à la maison... recherche de partitions - préparations des auditions etc....


3) Stravinsky – Michel Legrand – Pierre Boulez.
Méfions-nous de ceux qui analysent ce que nous faisons !
de Robert Fontaine

 
Il y a bien longtemps,  au cours d’une émission sur et avec Michel Legrand  « Prix de Rome »  (il faut le rappeler) : Michel Legrand et Stravinsky sont présents.(Michel Legrand a connu et rencontré plusieurs fois Stravinsky)
L’intervieweur pose une question à propos d’une analyse du « Sacre du printemps » faite par Pierre Boulez dans l'un de ses livres.
Et Michel Legrand au cours du débat demande ouvertement à Stravinsky ce qu’il pense de cette analyse
…..et Stravinsky, tombant des nues, de répondre :
" je n'ai jamais écrit ça ! "

Je relate ici de mémoire ce qui a été certainement mieux formulé de la part de M. Legrand, qui posait la question de bonne foi.

Cela me fait penser aux livres de G .Barbarin (que j’ai lus à mon époque de « découvertes » ésotériques), qui calculait le nombre de marches dans la grande pyramide, les dimensions de la base, la hauteur etc. et qui y trouvait entre-autres : les dates des grandes guerres…
J’ai lu aussi une analyse, en réaction à ce type d’assertion : d’une guérite de la loterie nationale dans laquelle on pouvait trouver toutes
sortes d évènements .... !
Robert Fontaine.